UNE INTRODUCTION À LA MUSIQUE KARNATIQUE


L’Essence de la Musique Karnatique
Le répertoire
Les modes mélodiques
Les échelles, gammes et Rāga-s
Le temps musical
Les autres éléments de la Musique Karnatique
Le concert de Musique Karnatique
Les instruments
Conclusion



Au début des années 1970, un ami proche m'a offert un coffret de disques, une anthologie de la musique de l'Inde. Je ne connaissais pas du tout les musiques de l'Inde et l'écoute de ces disques a été un choc immense pour moi. Pour des raisons que je suis incapable d'expliquer, cette musique s'est avérée être la musique que j'attendais. En l'écoutant, j'avais comme la sensation d'être chez moi et chaque enregistrement déclenchait en moi une excitation intellectuelle et une sensation de bonheur intense !




L'ESSENCE DE LA MUSIQUE KARNATIQUE

La musique karnatique est avant tout d'essence vocale. Tout son répertoire est dédié à la voix et au chant. Cela peut surprendre, mais il n'y a pas à proprement parler un répertoire instrumental. Même un bon percussionniste pourrait produire un accompagnement en utilisant sa voix !

Cela dit, il y a tout de même des spécificités liées aux instruments. Ainsi le maître tambour ou Mridangam peut développer une musique qui lui est propre. La vina fait également usage de techniques qui lui permettent une autonomie par rapport au chant. D'autres instruments sont dans le même cas. Cependant, tous ces instruments sont invités à reproduire le répertoire vocal. Ils le font en utilisant des techniques de jeu élaborées au cours du temps, qui leur permettent de se rapprocher au maximum de l'idéal de la musique Karnatique : le chant !

Haut de page


LE RÉPERTOIRE

Le répertoire se divise en deux catégories principales : le répertoire pédagogique qui sert de base à l'apprentissage musical et le répertoire de concert présenté au public. Le répertoire pédagogique est composé et donc fixe alors que le répertoire de concert inclut la possibilité de développements improvisés. Dans un bon concert karnatique, l'artiste est un interprète car il présente les compositions qui ont été créées par de grands musiciens ou par lui-même, mais il est aussi un créateur qui développe son art personnel en temps réel pour son public.

Haut de page


LES MODES MELODIQUES

Etant d'essence vocale, on ne sera pas étonné d'apprendre que cette musique est également monodique et modale. Alors que la musique occidentale a développé un art musical polyphonique hautement raffiné, l'Inde a de son côté développé au cours des siècles un art musical d'un très grand raffinement dans les domaines mélodiques et rythmiques. L'art musical indien qu'il soit du nord ou du sud est monodique et n'utilise pas le fait de faire entendre simultanément des mélodies différentes. Il n’y pas de polyphonie au sens occidental du mot.

Cela s'explique en partie par le fait que les mélodies indiennes sont basées sur des modes musicaux nommés Râga-s. Ces Râga-s sont construits sur la base d'un système tonal non tempéré, c'est à dire où les douze notes ne sont pas séparées par des intervalles égaux comme dans notre système musical occidental.

Les Râga-s utilisent ce qui est parfois appelé la micro-tonalité et qui suppose l'utilisation d'intervalles plus petits ou plus grands que notre demi-ton tempéré. Le système musical indien utilise un système tonal dans lequel les hauteurs des notes ou tons obéissent à la justesse naturelle de la résonance des corps sonores. Dans le système musical de l’Inde, l'octave n'est pas divisée en 12 demi-tons égaux mais en 22 shruti-s ou micro-tons séparés par des intervalles inégaux.


C'est en partant de cet ensemble de 22 shruti-s que sont définies les notes utilisées par tel Râga particulier. Et c'est aussi en partie ce fait qui donne à tel ou tel Râga sa couleur propre.

Haut de page



LES ÉCHELLES, GAMMES ET RÂGA-S

L'art musical Karnatique utilise un ensemble de 72 échelles modales appelées Melakarta Râga-s. Ces Melakarta-s constituent un ensemble d'échelles modales ou de gammes modales. Le système des Malakarta-s a été élaboré afin de proposer une classification des Râga-s en usage. Ce système a formidablement bien réussi sa mission et est aujourd'hui unanimement accepté. Il a par ailleurs permit la création de nouveaux Râga-s.

Les Melakarta Râga-s sont nommés Janaka ou générateurs : ils génèrent de très nombreux autres Râga-s appelés Janya Râga-s. Ces Janya Râga-s, dérivés des Janaka Râga-s ou Melakarta-s, sont au nombre de plusieurs centaines. Le nombre total de Râga-s est donc considérable et théoriquement on peut envisager un ensemble de plusieurs milliers de Râga-s !


Il est très important de comprendre que ces Melakarta-s sont des échelles ou gammes modales et non des Râga-s en tant que tels. Ce sont en quelque sorte des squelettes de Râga-s. Pour qu'on ait un Râga, il faudra un certain nombre d'autres caractéristiques attachées à ce squelette et qui feront de celui-ci un Râga avec une identité musicale bien définie.

Il est également important de comprendre que ces caractéristiques sont le fait de l’existence et du développement du Râga dans le monde de la tradition. Le Râga est ce qui colore l'esprit d'après certains auteurs indiens. Il est une entité musicale mélodique vivante et bien structurée. Les Râga-s sont identifiés par un nom et parfaitement reconnaissables par une oreille exercée.

Haut de page



LE TEMPS MUSICAL

Tout l'art mélodique de la musique classique indienne est basé sur les Râga-s. Le temps musical et le rythme sont deux autres aspects vitaux de cet art et sont marqués par le génie propre aux indiens. Tout comme pour les Râga-s, le rythme et le temps musical ont été hautement développé en Inde.

L'organisation rythmique repose sur les Tala-s qui correspondent un peu à nos mesures de la musique occidentale. Ces Tala-s sont des cycles rythmiques organisés en un système bien structuré. Ils contribuent fortement aux formes musicales composées et ont une importance considérable dans l'art de l'improvisation et du développement du discours musical.

Haut de page



LES AUTRES ÉLÉMENTS DE LA MUSIQUE KARNATIQUE

Les Râga-s et Tala-s sont identifiés par des noms connus des musiciens et mélomanes. D'une manière générale toute la musique karnatique est hautement élaborée et organisée. Les classifications sont nombreuses et le nombre de termes musicaux est très important. La théorie musicale et la musicologie indiennes ont toujours été très prisées en Inde et on connaît un assez grand nombre de traités musicaux dont certains font toujours autorité.

L'art musical Karnatique ne fait pas usage que des Râga-s et Tala-s. En effet de nombreuses autres considérations entrent en jeu. La littérature et la poésie, les systèmes philosophiques, les systèmes religieux et les mouvements mystiques tels celui de la dévotion ou Bhakti, la théorie des émotions permanentes ou Rasa-s, l'astrologie, pour ne citer que quelques uns parmi de nombreux éléments, constituent l'arrière-plan culturel de cette musique.

Haut de page



LE CONCERT DE MUSIQUE KARNATIQUE

Pour conclure cette introduction à la musique Karnatique de l'Inde du Sud, je voudrais en venir à des aspects plus concrets. Si l'on se rend à un concert de musique classique de l'Inde du Sud ici en Europe ou bien en Inde, on ira écouter un ou une soliste. Il pourra s'agir d'un concert vocal ou instrumental, mais il y aura « le » ou « la soliste » qui se produira avec des accompagnateurs. La musique karnatique est une musique de solistes et de petits ensembles à l'image de notre musique de chambre.

Un tel ensemble est typiquement composé d'une chanteuse ou d'un chanteur soliste et accompagné(e) d'une deuxième personne au chant (parfois), d'un violon, d'un ou deux instruments de percussion et d'une Tampura :

- Soliste principal(e)
- Seconde voix : soutient vocal & dialogue
- Violon : soutien mélodique & dialogue
- Percussion(s) : soutient rythmique & dialogue
- Tampura : soutient tonal ou bourdon harmonique


Le soliste chante (ou joue dans le cas où il s'agit d'un instrumentiste) les compositions du programme choisi. Le plus souvent ce programme n'est pas décidé à l'avance. Les autres musiciens de l'ensemble connaissent ces compositions ou ont en tout cas l'expérience nécessaire pour créer sur le champ l'accompagnement adéquat.

Lors des parties dites improvisées, un dialogue s'installe entre les membres de cet ensemble et les phrases musicales fusent et se croisent en passant par diverses étapes d'émotions et d'atmosphères, pour se terminer dans un final éblouissant ou au contraire dans la douceur selon le tempérament et la volonté des musiciens ou encore le caractère de la composition.


Le programme d'un concert obéit à certaines règles. Les musiciens commencent en général par des compositions basées sur des Râga-s réputés éveiller l'attention du public. Ces premières compositions ne comporteront que peu de passages improvisés. Les musiciens joueront ensuite des Râga-s permettant des développements (improvisés ou non) plus importants pour ensuite présenter la pièce maîtresse du concert qui sera en principe très élaborée et qui donnera lieu à de grandes parties improvisées. Ensuite les musiciens joueront des compositions plus légères souvent issues du répertoire de la danse Bharata Natya ou du répertoire populaire.

Pour finir un concert le soliste chantera ou jouera un Mangalam qui annonce la fin du concert. Lorsque les concerts ont lieu en Occident, le Mangalam est souvent omis car le public occidental n'est pas habitué à ce message de fin de concert.

Haut de page




LES INSTRUMENTS

Les instruments utilisés dans la musique karnatique sont assez peu nombreux en comparaison des nombreux instruments utilisés dans nos musiques occidentales. Concernant ce point particulier, je donnerais ici mon point de vue personnel. Nos traditions musicales occidentales de style classique sont basées d'une part sur les traditions populaires et d'autre part sur les traditions savantes. Notre art musical classique a ses sources dans la polyphonie vocale qui s'est développée à partir de la fin de la période médiévale. Les instruments de musique étaient alors essentiellement cantonnés dans un rôle d'accompagnement.

Les développements progressifs et spectaculaires de l'art polyphonique ont entraîné dans leur mouvement les théories musicales associées. D'un autre côté, les instruments ont acquis progressivement de l'importance et de l'autonomie par rapport à la voix. Cette évolution a eu comme conséquences une transformation radicale des instruments existants et la création de nouveaux instruments.

L'évolution de notre musique exigeait des instruments plus sonores, des registres et timbres variés, de nouvelles possibilités chromatiques, etc. Les familles d'instruments ont été par conséquent fortement développées. Toute cette évolution est intimement liée à l'évolution de notre musique occidentale jusque dans ses formes les plus actuelles avec les musiques utilisant l'ordinateur et les nouvelles technologies.

Qu'en est-il des instruments utilisés dans la musique Karnatique ?

Le son est organisé et structuré : il comporte par sa nature même le temps et l'espace. Par ailleurs le son musical n'est pas à sa source créé par les hommes. Il est un phénomène de la nature. C'est la résonance naturelle des corps sonores. Le son fondamental et son cortège d'harmoniques génère tous les systèmes musicaux.

C’est cet univers sonore une fois découvert, progressivement compris et maîtrisé par l'homme, qui a permit la création de systèmes musicaux très divers constituant les traditions musicales propres aux différents peuples de la Terre.


En Inde, les musiciens et théoriciens n'ignoraient pas les possibilités de la superposition des sons qui est la base des accords et de notre science de l'harmonie et de la polyphonie. Mais pour des raisons propres au génie des peuples, l'Inde a développé un système musical qui lui est propre.

Ce système donne la préférence à la mélodie liée aux très nombreuses hauteurs de notes possibles. Cela a conduit à un système musical non tempéré et monodique. Le développement d'un art mélodique et rythmique hautement raffiné et d'une grande subtilité.


En se plaçant dans cette perspective, le besoin d'instruments avec des registres étendus allant de l'aigu au grave est moins urgent bien que de tels instruments existent comme existent des voix de registres divers.

La voix et le chant étant l'essence même de cette musique, les instruments, bien qu'ayant comme en Occident connu une évolution vers une plus grande autonomie ainsi que de nombreuses modifications et améliorations de leur facture, sont tour à tour complémentaires de la voix et des solistes et lorsqu'ils sont à leur tour solistes, ils sont la voix !

Par conséquent, les instruments de la musique karnatique sont assez peu nombreux. Il faut aussi prendre en compte le style Hindustani de l’Inde du Nord ainsi que les nombreux styles musicaux populaires. Cette approche est plus sérieuse et le nombre d’instruments de l’Inde augmente alors de façon significative.

On peut aussi rajouter que du fait de cet attachement à l'essence vocale de la musique ainsi qu'à ses aspects spirituels propres à l'Inde, cette musique donne plus d'importance à la voix et à la musique elle même qu'aux instruments.


Je ne donne pas ici une liste des instruments ni leurs descriptions et rôles. Vous trouverez cela à la page consacrée aux instruments : Ici

Haut de page



CONCLUSION

J’espère avoir réussi à vous donner une idée assez exacte de la musique traditionnelle et classique de l’Inde du Sud. D’autres pages dans cette partie du site sont à votre disposition et vous permettront d’aller plus loin dans la découverte, la connaissance et l’appréciation de ce style musical.

Si vous souhaitez me contacter pour des points précis particuliers, n’hésitez pas.


Haut de page